A défaut de pouvoir naviguer dans l’immédiat (faute de place au port !!!), nous avons décidé d’effectuer une petite remise à neuf de la cabine du Belle aventure, notre petit Edel 5 récemment acquis.

Découvrons le bateau

Le voici arrivé à la maison après une centaine de kms, il est plutôt bien équipé, moteur Johnson entièrement révisé, enrouleur de foc, Spi tout neuf dans sa chaussette et tangon, filière, jeu de voile en état correct, sa remorque (en bon état, elle à fait la route sans problème), et un peu d’équipement (gilets, boussole, etc…)

C’est un bateau en plutôt bon état pour son âge, qui a été suivi au niveau de l’entretien.. il a déjà été repeint, pas dans les règles de l’art, mais il reste propre… l’anti-fooling à été refait récemment, on envisage donc de refaire l’extérieur plus tard.., peut être juste quelques retouches pour l’instant, mais dans l’immédiat attaquons nous à la cabine.

La cabine est elle aussi en plutôt bon état. Elle a l’âge quelle a… normal..!!  c’est un peu jauni, le plafond a déjà été repeint mais la peinture s’écaille par endroit… c’est plus du badigeonnage ou du cache misère !! mais ça reste correct, les banquettes quand à elles sont dans un état exceptionnel, chose assez rare pour un bateau de cet âge… à croire qu’elles ont été rangées dans un coin et n’ont pas servies, néanmoins, le ton moutarde très à la mode sans doute dans les années 70 ne nous convient pas vraiment, nous envisagerons donc des housses pour les recouvrir à notre goût, mais aussi préserver l’état des banquettes.

Démontage de la cabine

Dans un premier temps nous passons au démontage et nettoyage de la cabine

On peut voir ici que la cabine est plutôt en bon état, un nettoyage s’impose, puis on constatera quelques pocs et réparations à faire sur le gelcoat, mais pour l’instant on s’attaque aux boiseries.

Boiseries

Les boiseries sont elles aussi en bon état, juste le vernis qui s’écaille et se craquelle, les traces du temps, le bois lui est parfaitement sain, un décapage (ponceuse, grain 80 puis 120, le vernis d’origine part assez bien, puis quelques réparations avec du mastic à bois.


Pour la peinture j’ai utilisé de la lasure V33 chêne claire pour climat extrême, 3 bonnes couches avec un Legé ponçage entre chaque couches.

Le rendu est joli, ça leur redonne un bon coup de fraîcheur.


La poutre de mât subira le même sort, après un décapage (celle-ci avait été peinte en blanc, je désirais retrouver l’aspect bois..!!) puis lasure, et plus tard j’appliquerai un joint silicone, surtout pour la finition. (voir 4ème photo prise en fin de travaux cabine)

Safran

Le vernis du safran à subit les assauts du temps et de l’eau…il à vraiment besoin d’un bon traitement et de quelques réparations des fissures sur le bois..

J’ai utilisé du mastic à bois, et le même lasure mais ici avec plus de couches de finition, 5 au total…

Une fois terminé avec ses ferrures je le trouve superbe.

Hublots

Les hublots latéraux ont été démontés, nettoyés, le film plastique était poreux et terne, et de la crasse et peinture infiltrée au niveau de la visserie. J’ai décollé le film plastique en chauffant au sèche cheveux, nettoyé chaque trous de vis un par un , et passé la visserie au sablage (sable et petit gravier le tout dans une bouteille et on secoue !!)

Puis nettoyage des joints sur la cabine

J’envisage la pose d’un film teinté et d’une bande de joint en plus du silicone à la repose des hublots.

Je remarque également que un des chariots de foc est HS, j’envisage donc de changer la paire, avec également un taquet coinceur. du coup démontage des rails et petite remise à neuf, ou presque, en les bombant. Ca tiendra ce que ça tiendra, on verra à l’usage.

Préparation et peinture cabine

On repasse dans la cabine, où dans l’ordre on va effectuer le grattage du plafond et mise à découvert de la visserie.

J’ai ni plus ni moins qu’utilisé une brosse métallique.

Puis quelques résines, mat de verre et mastic plus tard.

J’ai ensuite passé le tout au papier à poncer de 120, puis dégraissé à la St-Marc et tampon jex (la fameuse gratounette.)


Puis après une opération de camouflage, la mise en peinture.

J’ai utilisé d’abord une sous-couche Multi support blanc, j’ai appliqué 2 couches au rouleau

J’ai ensuite appliqué 3 couches de peinture Multi Support blanc satiné, c’est une peinture extérieur et intérieur, résistante aux intempéries et anti-uv.

Je l’ai appliqué avec un rouleau haute densité afin d’obtenir quelque chose de lisse et uniforme.

Après 3 couches voilà ce que ça donne, je suis à ce stade vraiment satisfait du résultat. La peinture à l’air solide.

Finition avec la pose des joints

Puis il est temps de remonter les boiseries

Remarquez les bandes anti-dérapantes sur la marche.

Les panneaux du fond avaient été peint en blanc, je les ai décapés eux aussi afin de récupérer l’aspect bois puis lasuré, et jointé au silicone tout le tour intérieur et extérieur.

Le tapis est un tapis de salle de bain en bambou mais anti dérapant.

Le final

Pendant la rénovation de la cabine nous avons confié les banquettes à une couturière qui nous a confectionné des housses avec les 12 m² du tissus que nous avons sélectionné. C’est un tissus pour canapé et fauteuil de densité lourde et de 320gr/m² à 14€ le mètre qui a une excellente tenue.

Nous sommes vraiment très satisfait du résultat, nous avons une cabine qui fait classe et sobre, le résultat est superbe.

Il reste encore quelques petites finitions.

author image

À propos de David&Sarah

Vous pourriez aimer aussi...

13 commentaire

  1. Il y a de quoi être satisfait ! Je le serais à moins…

    Bravo pour le boulot, et merci de cet article très bien documenté !

    Vivement la suite des travaux :good:

  2. Merci beaucoup…la suite bientôt…

  3. Félicitations, le résultat est très sympa. :good: Je suis aussi entrain de rénover mon Edel 5. Je vais également m’attaquer à l’ensemble du bateau… Mes boiseries ont été un peu moins bien entretenues et j’ai donc décidé de les repeindre en couleur, mais ce n’est pas encore terminé. Encore bravo pour votre travail, et pour le dossier!
    :bye:

    1. Merci beaucoup…oui nous avons la chance que les boiseries soient en bon état, et tant mieux car j’adore le coté bois, surtout dans un bateau, mais peint ça peut être aussi super sympa. bonne rénovation à vous, si on peu voir les photos une fois terminé….

  4. Bonjour David & Sarah. Je viens à l’instant de visiter un E5 qui est dans le même état d,origine que le vôtre et votre article me laisse rêveur d’un beau refit …. je crois que je vais signer
    Merci pour votre beau reportage

    1. Je réagis un peu tardivement.
      Merci pour les compliments. L’avantage de partir sur un bateau en état permet une réfection pas trop couteuse en argent et en temps, le notre été effectivement en bon état pour ses 40 printemps… l’exterieur pour plus tard…

  5. Bonjour
    J’ai déjà dit mon admiration pour votre travail dans un autre post mais je peux répéter 😊👏
    J’ai une question pour le safran: j’en ai récupéré un en bois massif, le mien d’origine ayant cassé contre une chaîne d’ancre (épisode peu glorieux de notre ultime sortie il y a qq années).
    Il était lasuré en haut et peint pour la partie immergée (très écaillé). Un bon coup de ponçage et il est prêt pour traitement. Vous avez lasuré le vôtre et ça me tente aussi (plus joli) mais j’ai lu ailleurs que c’était insuffisant pour une pièce immergée.
    Le votre a-t-il été mis à l’épreuve depuis et confirmez vous la méthode ?
    PAD

  6. Bonjour Pad, en effet j’ai lasuré entièrement mon safran…J’ai appliqué 6 couches.. pour l’instant RAS…
    J’ai pour habitude de ne pas laisser le safran en place lorsque je ne navigue pas, celà évite qu’il soit immergé pour rien… ça le préserve…
    Toutefois je pense qu’il faut l’entretenir régulièrement.
    J’ai vu cet été certains safrans qui comportés de l’antifooling sur la partie immergé.. c’est peut-être la solution….!

  7. Autre chose, plutôt que de la lasure, il y a aussi la solution du saturateur, peut être plus protecteur….

    1. Bonjour à vous,

      l’antifouling ne vas pas protéger beaucoup le bois, ce ne sont généralement pas des peintures très étanches. Ce que tu peux essayer c’est un primaire (G4, epoxy, ou résine epoxy), surcouché d’antifouling. Le primaire devrait assurer l’étanchéité, l’antifouling éloigner les bestioles qui vont te ralentir.

      En plus, appliquer de l’antifouling directement sur le bois, bon courage pour le jour où tu voudras refaire à neuf…

      Sur mon safran j’ai opté pour primaire epoxy (4 couches), puis coppercoat (antifouling à base d’epoxy, 4 couches aussi). C’est ce que j’ai fait également sur la coque, donc je n’ai pas eu de produit à acheter spécifiquement. Ca a tenu sans le moindre soucis pendant 6 ans, pas d’infiltration, pas de salissures, et le safran était à l’eau toute la saison.

      Mais la solution de retirer le safran entre deux navs est idéale. J’ai perso un peu trop la flême pour ça ! :)

  8. Salut Alain,
    Alors en effet, les personnes ayant passé de l’antifooling sur le safran ont par avant appliqué une résine époxy coque immergée et safran…., j’avais oublié de préciser ce détail important…
    L’un d’eux ma aussi confirmé l’efficacité de la résine combiné à l’antifooling, près de 6 ou 7 ans dans l’eau…sans aucunes traces d’humidité.
    Je cherche de mon côté à plutôt trouver une alternative à l’antifooling qui s’avère être une catastrophe écologique…

    1. Salut David&Sarah,

      je vous rejoins sur l’impact écologique de l’antifouling. :negative:

      Il y a l’option pas d’antifouling, mais sauf si le bateau sort après chaque sortie, c’est du boulot, et faut être souvent sur son bateau à frotter la coque. Un copain avait tenté le coup, son expérience n’a pas duré longtemps.

      Les antifouling à base de silicone semblent un peu meilleur sur l’impact, mais Voile Mag n’avait pas semblé emballé par leur expérience avec leur First 211. Pourtant ça avait été fait par un pro, et le traitement n’était pas donné.

      Ceux à ultrason n’ont pas l’air d’avoir trop d’efficacité, et si vis à vis de la flore ça n’a probablement aucun impact, je ne sais pas ce qu’en pensent les animaux que tu croise avec ton crincrin à pleine balle :)

      J’avais du coup considéré que le coppercoat se plaçait pas si mal. C’est très peu (voir pas du tout) érodable, et pour comparer ce que j’ai enlevé des coques de mes deux Edel 4 en matrice dure et érodable, à ce qu’on pose pour 10 ans, je trouve ça probablement pas si mal. C’est un investissement en revanche, mais sur la durée du produit, c’est finalement plutôt bon marché. Et en terme d’efficacité, je n’ai pas eu à m’en plaindre en Bretagne sud. D’ailleurs je recommence sur mon nouveau bateau (article à venir au printemps probablement) :yahoo:

      Le pire pour moi restant l’érodable, où tout fini par le fond 6 mois plus tard.

  9. Bonjour Alain,
    Je te remercie pour ton retour d’expérience.
    Je sort mon E5 fin Novembre, je vais me pencher sur la question durant l’hiver.

Les commentaires sont fermés.

Canal 16