derive bloquéeL’Edel IV est un bateau sain, marin, presque sans défaut. Presque. Le défaut le plus couramment rencontré est la dérive. Le défaut prend la forme d’une immobilisation de la dérive dans son puit. Cela est dû au fait que la dérive est en acier, et que, malgré toutes les protections dont elle peut être dotée, l’acier sera mis à nu, à un moment ou à un autre, et la rouille s’installera à cet endroit. La rouille occupant beaucoup plus de volume que l’acier, il en résulte un « gonflement » de la dérive.

 

 

 

La dérive se prend pour un mille-feuille…

Sur Lauben, le bateau de la famille Mayer, la dérive était donc bloquée dans le puit. Tout au plus pouvions nous la faire dépasser de deux centimètres, ce qui nous a évité la séquence « Comment atteindre la dérive ? ».

LauBen, le bateau, sur son ber, lui même stationné sur du sable. Ceci va éviter de mobiliser une grue ou autre moyen de levage.

L’Edel 4 «LauBen» sur son ber, dérive en position basse

Avec un étau, nous avons serré la dérive coté poupe, ici, à droite. Puis, muni d’un cric de voiture (un modèle à parallélogramme) appuyé entre l’étau et la coque (une cale en bois jouait le rôle de martyr), lentement, nous avons descendu la dérive. Après quelques centimètres, nous avons appuyé le cric non plus sur la coque, mais sur la quille.

La chaîne de remontée de la dérive gène la manœuvre ! Elle se coince entre la dérive et les parois du puit, créant un coin.

Nous avons donc

  1. Retiré la poignée
  2. Rendu la chaine avec un morceau d’élastique le plus haut possible, à la verticale de la pièce en inox qui la bloque
  3. Démonté cette pièce en inox
  4. Remonté cette pièce en inox le plus haut possible.
    La pièce ne fût pas enlevée, car elle protège le puit de dérive de l’introduction de débris.
De là, petit à petit, nous avons descendu cette dérive, jusqu’à sa position basse. 

Comment reconnaitre que la dérive est en position basse ?

La position basse est déterminée par le fait qu’une excroissance de tôle d’acier vient buter sur un talon constitué par une excroissance de fonte, à l’intérieur du puit de dérive, coté poupe.
 
 
Talon de la quille du bateau LAUBEN, la dérive est remontée dans le puit de dérive

Talon de la quille du bateau LAUBEN, la dérive est remontée dans le puit de dérive

 

Avant de connaitre ce talon, nous avons erré sans comprendre le pourquoi de ce blocage. (Le blocage peut être dû à la rouille, du sable, de la vase agglomérés, durcis). Pour mieux appréhender ce talon, remontez complètement la dérive, et observer, par le truchement d’un miroir, par la sensibilité d’un doigt, la présence, la forme, la dimension de ce talon.

La dérive est (enfin) en position basse

 
Constat de la rouille, de l’oxydation de la dérive bloquée de l’Edel 4 «LauBen»

Constat de la rouille, de l’oxydation de la dérive bloquée de l’Edel 4 «LauBen»

 

La dérive sort normalement

Ca y est, la dérive est en position basse, débloquée.
Pour la sortir du puit de dérive, il faut retirer son axe, une vis inox TH M13. Celle ci est, sur Lauben, accessible sur le flanc tribord du voile de quille, vers la proue. Sur certains bateaux, elle est noyée dans du mastic polyester. Une grande clé en croix, celle qui sert à dévisser les roues de voiture, un grand tube solide pour fournir un levier, et augmenter la force appliquée, ne seront pas de trop.
Une fois l’axe enlevé, il faut pousser la dérive vers l’avant, afin de la faire légèrement remonter dans le puit, et, surtout, avancer.
L’avancée va permettre à l’excroissance de la tôle de dépasser le talon de fonte dans le puit de dérive.
Bravo, félicitations, la dérive est sortie sans poser de problème.
 

La dérive ne veut pas avancer pour sortir !

Nous l’avons su plus tard; du sable et de la vase solidifiés empêchaient la dérive d’avancer suffisamment pour contourner le talon. Désormais, nous passerons consciencieusement le nettoyeur haute pression aussi souvent que possible à cet endroit.
 

Comment faire ?

Nous avons retiré le talon de fonte.
Pour ce faire, il faut disposer au moins d’une meuleuse d’angle, voir d’une perceuse. Si cela était à refaire, je me dispenserai de la perceuse, et monterai un disque à ébarder (disque épais) sur la meuleuse.
 

Percer un trou pour finir la coupe

Nous avons percé un trou de 13 mm, on aurait très bien pu faire sans. Un disque à ébarder évite cette opération.

Perçage du talon de la quille du bateau LAUBEN

 

Perçage du talon de la quille du bateau LAUBEN

Supprimer le talon de la quille

Sciage du talon de la quille du bateau LAUBEN

Sciage du talon de la quille du bateau LAUBEN

 

Cette opération, menée ici avec un disque à tronçonner, consiste à user/rogner la fonte qui constitue le talon. Ce n’est guère visible ici, sur la photo, mais le disque est DANS le puit de dérive.

Dans notre cas, la dérive ayant quand même avancée, nous n’avons enlevé qu’un bon centimètre de matière. Cette matière enlevée, la dérive est sortie, par la méthode normale, moyennant une sérieuse traction.

Toutefois …, comme nous avions enlevé l’axe, la dérive fût revêche à rejoindre l’avant de son emplacement, dans le puit de dérive. Heureusement, mon fils, Benoit MAYER, est bien plus costaud que moi ! Seul, je ne m’en serais pas sorti.

Conséquences, la dérive n’a plus de talon dans la quille pour s’arrêter

Lors du remontage, nous pallierons l’absence de talon, en le remplaçant par une grosse vis inox. Son emplacement sera déterminé « à vue », une fois que la dérive sera posée. Un écrou, plus gros que la vis, sera introduit lors de la pose, dans le puit, afin d’offrir une butée à la dérive et ne pas abimer la vis.

 

Conclusion du démontage de la dérive

Si cela était à refaire :

  1. Décrassage du puit au nettoyeur haute pression

  2. Je décoince la dérive, jusqu’à ce qu’elle puisse se déplacer librement de haut en bas du puit, dans la quille

  3. Suppression du talon par meulage avec un disque à ébarder

  4. Enlever l’axe et sortir la dérive

 

Réalisation d’une dérive

EdelVoilier, dispose d’un plan de dérive d’Edel 4. J’ai quand même préféré fabriquer la nouvelle dérive de LauBen à partir de la précédente.

Après avoir consulté quelques artisans, nous sommes allés acheter un tôle d’acier de 10 mm, au prix de 1€75 du kg (février 2008), quelque part à l’Ouest de Bordeaux.

Cette tôle pesait 48 kg. La découpe au chalumeau chez le vendeur l’a déformée. Nous avons redressé une flèche de plus d’un cm, sur cette tôle longue de 1m60, en la posant au sol, une brique de 5 cm à une extrémité, et en roulant dessus avec la voiture !

{xtypo_alert}Traiter en premier la partie la plus large, car elle plus difficile a faire venir.{xtypo_alert}

Ensuite, mettre sur la tôle l’ancienne dérive, et en tracer le contour avec une craie. Afin de mieux manipuler la dérive à l’intérieur de son puit, nous l’avons un peu raccourci, sur l’avant, et sur le dessus. Benoit est en train de faire un plan qui résume ceci bien mieux que des mots.

Toujours au moyen de la meuleuse d’angle, mais munie cette fois d’un disque à tronçonner, couper sur le trait de craie. Une petite dizaine de disques de 115 mm ont été nécessaires. Ebarder soigneusement les angles, ne pas hésiter à arrondir tout ce qui peut l’être. Les traitements qui seront apportés à la dérive n’en seront que plus résistants.
  • Percer le trou de l’axe, à plus de 13 mm, nous avons percé à 15 mm.
  • Sur l’ancienne dérive, il est possible que, avec l’usure, le trou soit beaucoup plus important, presque 40 mm pour LauBen.
  • Au moment de déterminer où percer, pensez bien que l’usure ne s’est pas faite régulièrement; Il est probable qu’elle se soit faite surtout devant et dessus.
  • Percer le trou de la chape de fixation de la chaine de remontée, à 8.5 mm.
  • Fraiser bien les trous, toujours pour l’accrochage des traitements.
 

Le plus difficile maintenant.

Il est prudent de vérifier si cette nouvelle dérive est compatible avec le puit, et qu’elle y coulisse sans problème. Il faut donc la remettre, ainsi que l’axe, et constater, espérons le, que tout va bien.

  1. Faire descendre la chaine, fixée par une estrope
  2. passer un pilote (file de fer fin, suivi d’un bout fin) dans un des trous de l’axe, dans la quille,
  3. le faire descendre dans le puit,
  4. le passer dans le trou de l’axe de la dérive,
  5. le remonter dans le puit,
  6. le faire ressortir par l’autre trou de l’axe, dans la quille.

Il sera ainsi beaucoup plus facile d’aligner les trois trous quille / dérive / quille, et donc de reposer la vis de l’axe. Pour nous, le plus difficile a été de ne pas faire bouger la dérive pendant la mise en place de l’axe. Un cric automobile est bien pratique dans ce cas. La séance « essayage » a duré moins d’une demi-heure, dont moins de 3 minutes pour retirer la dérive. A comparer aux 3 demi-journées passées à extraire la dérive d’origine …

 

Traitement de finition et remontage

La tôle est maintenant bien ébardée. La poser à plat, pour la poncer avec un papier plus fin, du 180 dans notre cas. Dégraisser une première face à l’acétone. Appliquer du Rustol CIP ©. Laisser sécher. A une température de 15°, plus de 24 heures ont été nécessaires. Retourner, dégraisser, appliquer.

Une seconde, voir une troisième couche seront sans doute indispensables, ainsi qu’une petite abrasion de la surface par un passage léger d’un papier abrasif fin entre chaque couche.

Le premier traitement de la dérive au « Rustol CIP » est recouvert par du primaire epoxy « InterProtect ». Au séchage, catastrophe, la nature de l’InterProtect fait cloquer le Rustol, qui se décroche de l’acier par endroit, en cloquant. Il est impératif de poncer à nouveau tout se qui a été déposé. Le primaire InterProtect sera posé directement sur l’acier.

 

Comment remonter l’estrope en câble de la chaîne ?

L’estrope a été réalisé auprés d’un commerçant de Carcans Maubuisson. Je lui ai demandé d’insérer la chaîne de relevage dans la cosse de l’estrope, cela supprime la manille intermédiaire, et, par là même, évite la présence de sa (la manille) largeur dans le puit. Il est possible de compenser la perte de la longueur de la manille, en rallongeant la longueur de l’estrope d’autant. Dans mon cas, cela n’aurait pas été utile, dérive descendue à fond, il reste 3 maillons.

 

La dérive de LauBen est en place

Voilà, la dérive est remontée !
Dérive de l’Edel 4 «LauBen» remontée, enfin en place

Dérive de l’Edel 4 «LauBen» remontée, enfin en place

 

La couleur blanche est de l’Interprotect®, la couleur noire est du brai époxy

 

Post scriptum

les disques utilisés pour la fabrication de la dérive

les disques utilisés pour la fabrication de la dérive

author image

À propos de bmayer

Vous pourriez aimer aussi...

le Grand Large est à l’eau
Réalisez vos chaussette de pare-battage
Remplacer son vieil évier par un bel évier inox (E4)

8 commentaire

  1. bon boulot, c’est le [B]tuto[/B] de l’edel 4 car la question derive se pose a tous
    je dois changer la mienne des que j’aurais galvaniser la nouvelle dérive (une adresse a lyon existe). sans vouloir faire le « rabat joie » je doute du rustol (tres bon produit par ailleur) je ne crois qu’en l’inox et le galva dans le cas d’une dérive qui pivote , frotte … l’avenir nous le dira et je souhaite (pour toi) avoir tort
    A+ et merci pour les explications

  2. (inox vs traitement) Oui Aski, tu as raison
    Si j’avais eu le budget, j’aurais mis une dérive en inox.
    Mais, pour l’instant, LauBen est dans l’eau douce, sur un lac, avec quelques mois hors de l’eau. La grue pour le manipuler est gratuite, donc la maintenance aisée.
    Dans d’autres circonstances, il est bien possible que j’aurais choisi directement l’inox.
    Donc, amis bricoleurs, préférez l’inox !

  3. (bon boulot) Bravo pour le travail, et pour l’article de qualité. Petie question à tous : au mouillage ma dérive cogne quand il y a un peu de clapot ou de houle, est-ce normal ?.

  4. (au mouillage) Bonjour Phil.
    Oui, au mouillage, j’entends la derive cognée … si j’ai oublié de la relever.
    J’ai plus ou moins pensé à la doté de patins en teflon …

  5. l’inox est peu accessible mais entre les 2 il y la galvanisation de la tole d’acier (pour 2 euros du kg) ca doit etre la bonne solution

  6. (Questions complémentaires (Scalare85)) Il y a déjà longtemps que j’avais visualisé et apprécié ton article sur le remplacement de dérive, en me demandant bien sûr quand mon tour arriverait ?
    Et bien c’est arrivé ce week-end (mai 2014) et je me suis retrouvé avec la chaîne complète dans la main, un bruit lourd et la dérive alors pendante. Je ne sais d’ailleurs pas trop comment elle pend (?) car je n’ai plus de butée sur ma dérive, mais ce que je peux dire c’est qu’avec le courant du port, entrer à ma place relève maintenant de l’exploit.
    Je vais donc la remplacer très rapidement et relis toutes les infos techniques à ma disposition. Pour ce qui est de ton compte-rendu j’aurais trois points complémentaires à éclaircir :
    1°) tu dis avoir acheté et découpé ta dérive dans une tôle de 10 mm faisant 48 kg ! alors qu’il me semble que la dérive ‘igine fait 70 kg ? serais-ce une erreur, une coquille ? ou ta dérive est-elle effectivement en dessous de son poids de base ?
    2°) pourrais-tu me confirmer (si je t’ai bien compris) que si l’intérieur du saumon avait été parfaitement karcherisé et propre, tu n’aurais pas eu besoin de supprimer le talon ‘igine ?
    3°) concernant l’accès à l’axe inox, une fois la résine grattée/retirée et l’écrou visible et accessible, peux-tu me confirmer que l’espace est suffisamment important pour adapter sans problème l’épaisseur d’un démonte roue en croix ?
    Merci d’avance pour ta réponse
    Bien cordialement,
    scalare85

  7. (perçage) bonjour, merci pour ces explications qui sont très utiles et parfaites, je vais pouvoir moi aussi passer du temps à refaire ma dérive, par contre je viens de refaire le plan de la dérive à l’échelle que vous avez poster et une question me « tiraille » pour le perçage du trou de diamètre 8 on voit bien qu’il est à 4 cm mais à combien est-il sur sa hauteur, je pense avoir une idée mais pas sûr. par contre pour le trou de diamètre 20 en traçant les droites en degrés j’y suis arrivé mais une confirmation serait la bienvenue. Merci beaucoup est encore bravo.
    Jean do

  8. (Demande de precision sur percage) Bonjour,
    je viens de commander ma nouvelle dérive pour mon edel 4. Mais j’aime une precision sur le traçage du perçage de l’axe . puis le perçage de la chaîne pour le puit.
    cordialement.
    Car mon ancienne est toujours bloque mais je voulais profite de beau temps pour perce et après faire mon traitement

Les commentaires sont fermés.

Canal 16