Accueil Forums Vos travaux Gelcoat au pistolet : interview d’un voisin de chantier

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Auteur
    Messages
  • #28405
    Alain Diart
    Participant
    Lieutenant de vaisseau

    J’envisage de refaire le pont de mon Edel 4. Le chantier (associatif) où mon bateau se trouve met à disposition de ses adhérent un compresseur de belle taille (je n’y connais pas grand chose, mais il est balaise) :whistle:

    Et du coup je pense que je tenterai de refaire le pont au pistolet et au gelcoat.

    Je n’ai aucune expérience en la matière, mais il y a sur le chantier un gars qui a refait son bateau ainsi, avec de très bons résultats. Evidemment je suis allé le voir à plusieurs reprises, lui ai posé des tas de questions et ai bien regardé comment il faisait.

    Je note ici ce que j’ai retenu de ma discussion d’hier avec lui, à la fois pour me rafraîchir la mémoire le moment venu, partager ce qui s’est dit d’intéressant (j’espère), et si certains avaient de l’expérience sur le sujet, enrichir alors ces discussions :mail:

    Pour commencer : le pistolet. Mes premières recherche m’ont emmené vers des engins assez chers (de l’ordre d’une centaine d’euros). Lui a utilisé un pistolet bien meilleur marché sans qu’il ne lui ait posé plus de problèmes que ça (ça fait presque un an qu’il a commencé ses travaux et il a fait du gelcoat une bonne partie des week-end depuis avril) : https://www.amazon.fr/Auarita-Buse-Pistolet-peinture-capacit%C3%A9/dp/B0786CJTRJ

    Le pistolet dispose de deux réglages, un truc qu’on vis pour régler la position de la pointe dans la buse et un robinet pour gérer le débit. Ses recommandations quant à son réglage : presser la gachette à fond et régler le pistolet pour que la pointe arrive en butée dans cette position (j’ai probablement compris à l’envers, l’idée c’est qu’il soit fermé quand il ne se passe rien). Quant à la molette de débit : il l’ouvre totalement et règle le compresseur pour donner 4 bars. Ca lui semblait plus évident ainsi, le compresseur dispose d’un manomètre qui donne la pression, régler sur le pistolet implique de régler à l’estime, pas évident.

    Le danger est que le gelcoat prenne dans le pistolet (quand ça arrive, c’est la cata apparemment). Pour éviter ça, à chaque fin de gobelet, il fini à l’acetone pur qu’il pistole dans un bidon destiné à la déchetterie. Tant que c’est blanc, il fait passer de l’acetone. Puis, le temps de préparer son mélange, il laisse un fond d’acétone dans le pistolet. Il faut que le pistolet ne soit jamais sec avant le nettoyage complet. Ca permet d’éviter là encore si il restait du gelcoat dans le pistolet qu’il n’accroche trop. Au moment de verser son gelcoat dans le godet, il vide l’acetone restant dans son bidon. Apparemment il recrache toujours quelques particules de gelcoat à ce moment. Et ceci, tant qu’on est dans le feu de l’action : idéalement il faudrait nettoyer le pistolet entre chaque nouveau godet, en pratique, c’est long et cette approche semble suffisante. Dès qu’il a fini un travail en revanche, il démonte tout et nettoie tout.

    Ensuite, il dilue le gelcoat à l’acétone. Il est bien au courant des querelles et débats infinis sur le sujet, mais ça ne lui a jamais posé de problèmes, il a fait des tests d’accroche et de résistance aux attaques mécaniques sur du bois de palette avant d’attaquer son bateau, ça marche, et ça ne semble pas plus fragile que ça. La condition : commencer par verser l’acétone dans le gobelet, puis mettre le gelcoat et finir avec le durcisseur. La raison : le gelcoat est plus lourd que l’acétone, il est difficile de mélanger l’acétone en fin de mélange (il reste au dessus), faire l’inverse fonctionne mieux pour lui. Je le requestionnerai sur le dosage mais je crois me souvenir d’un 20% d’acétone. Le gelcoat est lui mélangé avec 2 à 4% de PMEC. Fonction des conditions.

    Les conditions sont évidemment essentiel, si il fait humide ou pire qu’il pleut, on laisse le pistolet à la maison. Ce qui nous amène sur l’inconvénient de la peinture au pistolet : avec le vent ça va se déposer partout autour. Bien sûr il est nécessaire d’isoler le bateau de son environnement (ou protéger les bateaux voisin). Mais le gelcoat reste assez lourd et sauf journée ventée, ça n’irait pas si loin que ça. En tout cas bien moins loin que de la peinture polyurethane.

    Quand les conditions sont bonnes il a une demie heure de travail avec son mélange. Ce qui lui permet de faire un godet complet au besoin (grosso modo une pinte).

    Le geste : ce qui est important c’est d’être toujours à la même distance du support. Quand on commence on a tendance à avoir un geste à bout de bras qui forme un arc de cercle : le début et la fin du geste est alors plus loin du support qu’au milieu. Pas bon. Bien faire attention à garder le pistolet perpendiculaire à la surface à traiter tout le long du mouvement. Et puis, on appuie sur la gâchette une fois le mouvement initié, on relâche avant de s’arrêter.

    2 couches suffisent pour couvrir, mais 3 couches minimum semblent nécessaires. Et bien entendu, on n’attaque pas directement avec le pont, mais on se fait la main sur les capots, et tous ces petits trucs plus petits qu’on peut faire à l’écart des regards moqueurs :scratch:

    Il achète son gelcoat (gelcoat de finition) par bidon de 5l (je crois), et c’était auprès d’une boite sur Bordeaux dont le nom m’échappe. Il semblerait que Sicomin soit également bien placé.

    Protection intégrale obligatoire.

    Voilà n’hésitez pas à commenter, en particulier si vous avez déjà eu cette expérience ou des choses à ajouter. :good:

    #28457
    Laurent
    Participant
    Matelot

    Dans mon travail je suis amené à faire de la peinture et du vernis.

    Concernant la pression à la sortie du compresseur, je confirme 4 bars c’est bien.

    Pour le pistolet, il y a des modèle basique avec 2 réglage tandis que les plus élaborés en ont 3: pression d’air, quantité de produit et forme du jet.

    Le réglage de la forme du jet est important car pour les surfaces on a besoin d’un jet plat vertical en faisant les mouvements de gauche à droite quand on peint. Cela permet une meilleure régularité et évite les coulures.

    Pour ce qui est de la buse, il y a plusieurs diamètres selon le produit à jicler et surtout sa viscosité. Reiseignez vous bien auprès du revendeur de peinture / du pistolet.

    Également tâchez d’éliminer correctement les produits chimiques tel que l’acétone. La planète vous dira merci :good:

    Pour ce qui est du réglage, comme dit Alain il faut tenir la gâchette à fond puis effectuer le réglage désiré dans cette position. On ne vas pas s’amuser à jicler en tenant plus ou moins enfoncé la gâchette, c’est la crampe de doigt assurée :unsure:

    Quel que soit du réglage effectué, ne vous inquiétez pas l’aiguille se refermer à de toute maniere quand vous l’achetez la gâchette :good:

    Le reste à été dit par Alain. Au passage merci encore

    #28458
    Alain Diart
    Participant
    Lieutenant de vaisseau

    Super !

    Merci Laurent de ton retour d’expérience.

    Le pistolet, je vais partir sur le modèle qu’il me disait, si ca marche pour lui, avec un peu de chance pour moi aussi

    Pour le pistolet, le gars me disait qu’il avait une forme ovale (je parle de ce qui est projeté). Personnellement je vais faire le pont avec, je pense que je n’aurai pas trop de problème de coulures, sauf peut-être en arrivant sur la descente, où là, c’est effectivement vertical.

    Je me dit peut-être à tort que je pourrai récupérer le coup en poncant ?…

    La question que je me pose surtout, c’est comment peindre sans marcher sur ce que j’ai peint. La première couche, je me dis que je pourrai trouver un chemin qui ne me fasse pas revenir en arrière (un gars australien sur YouTube qui fait un gros catamaran expliquait ca, qu’il faut répéter le chemin avant de passer à la peinture)… Mais pour la seconde et troisième couche, soit je dois attendre que ce soit totalement sec, soit je sais pas, si je veux surcoucher sur du gelcoat amoureux, trouver un moyen de peindre depuis l’extérieur du bateau, ce qui me semble contraire a la règle des 30cm constants entre le pistolet et la surface à peindre… Échafaudage mobile par dessus le bateau ?

    Et pour me souvenir quand je le ferai (probablement au printemps prochain), c’était bien 20% (max) d’acetone pour diluer le gelcoat. Je lui ai fait repreciser depuis : entre 10 et 20%, mais a 10%, c’était pas assez fluide dans son cas.

    #28464
    Laurent
    Participant
    Matelot

    Salut Alain.

    Pour le pistolet je pense que tu ne devrais pas avoir de soucis mais je préconiserais quand même un modèle sur lequel tu peux régler la forme du jet.

    C’est beaucoup plus facile d’avoir un résultat homogène et on risque moins de voir des « lignes » ou tu es passé avec le pistolet.

    Pour la façon de ne pas repasser par dessus du gelcoat frais.. Alors là bonne question :scratch:

    Je ne vois pas vraiment d’alternative viable parce que même en montant un pont tu risque de faire tomber des poussières sur le produit que tu viens de jicler.  Mais redis nous volontiers si tu trouves une solution :good:

    Bonne réflexion et bon travail à toi :bye:

    #28465
    Alain Diart
    Participant
    Lieutenant de vaisseau

    Salut Laurent,

    merci encore :)

    Tu aurais des suggestions sur un pistolet comme tu dis ? Comme tu l’as compris, c’est une première, je ne sais pas trop ce qui est important, d’où mon attachement au pistolet du gars que j’ai vu faire et dont les résultats me séduisent :) En plus il est plutôt bon marché…

    Bref, si tu as des recos, je prends !

    :yahoo:

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
Canal 16